Coeur de pierre de Philippe Dorin

Posté par Maman Véronique, Lundi 7 mar 2011 dans Raconter

Après un chat qui raconte son histoire (voir le billet Le journal d’un chat assassin), c’est au tour d’un caillou dans ce petit polar jeunesse « Coeur de pierre » de Philippe Dorin. Décidément, la littérature jeunesse est très inventive.

Couverture du polar jeunesse Coeur de pierre de Philippe DorinNous suivons les aventures de cette pierre qui végète écrasée par le soleil sur une île. Jetée par un Robinson rageur, abandonné par ses compagnons sur cet île (est-ce l’illustre Robinson ? A nous de l’imaginer), elle se retrouve sur une nouvelle plage où une jeune femme entoure d’un cœur 2 prénoms Pierre et Marie. Mais voilà une dispute, la pierre projetée par l’homme tue la femme.

Des enfants jouant sur la plage vont la récupérer et en faire un talisman d’amour. L’arme du crime reste pour le moment introuvable…

Le crime sera-t’il élucidé ? La pierre va-t’elle retrouver son Robinson qui l’a lancée dans cette aventure ou finir oubliée dans les archives de la police ?

Voilà un texte court, simple, tout en poésie. Les pérégrinations d’une pierre qui « aurait tant aimé être celle qui donna la vie au feu, être l’outil de l’homme préhistorique » qui s’interroge sans cesse sur son destin, tantôt se réjouissant, tantôt se lamentant : « Je voulais devenir précieuse, j’ai servi d’arme ».

Les enfants amènent leur lot de rêveries et leur conception du monde toujours surprenante : « j’espère bien ne l’avoir jamais entre les mains. Les armes du crimes, c’est contagieux. A la télé, les policiers mettent toujours des gants pour toucher les armes du crimes ». Les invariants du genre polar sont là, enquête, arme du crime en trame de fond et servent d’alibi pour pénétrer le cœur de cette pierre.

L’auteur Philippe Dorin écrit aussi des pièces de théâtre pour les enfants, j’ai bien envie d’aller voir.

Coeur de pierre de Philippe Dorin, aux éditions Syros – Collection Mini Syros Polar

Tags : , , , , , , , ,

4 Commentaires

  1. Jarvik dit :

    Ah ah j’ai pas lu ce livre mais preums sur le commentaire :-)

  2. TatieCécilou dit :

    J’adore cette petite histoire, j’aime le principe de l’objet narratuer; ça m’fait penser que j’ai oublié de te prêter un de mes préférés (après le Chat assassin, of course, mais dans un tout autre registre), Otto, l’autobiographie d’un ours en peluche.

  3. TatieCécilou dit :

    je voulais bien sûr écrire: « narrateur » !

  4. mamma mia dit :

    ambiguïté digitale Dolly c’est pas grave.
    Dans le siècle où je suis née … toutes ces lectures, expos etc n’existaient pas, quelle chance vos enfants ont, de pouvoir baigner dans toute cette culture.