Gaston, le petit garçon qui n’arrêtait pas de poser des questions

Posté par Maman Véronique, Lundi 20 juin 2011 dans Raconter

de Mathieu de Laubier, Marie Aubinais, Gwénaëlle Boulet, Catherine Proteaux.

Pourquoi il y a des guerres ? Pourquoi je ne peux pas faire que ce que je veux ? Toi aussi, tu vas mourir un jour ? Où j’étais avant de naître ?

Ca ne vous rappelle rien ? Nos enfants n’ont pas leur pareil pour soulever les grands problèmes de leur existence mais finalement de la nôtre. On est parfois démuni face aux interrogations de nos philosophes en herbe ou on peine à leur faire comprendre qu’ils ne sont pas les seuls à se poser la question.

C’est là qu’arrive Gaston, le petit garçon qui n’arrêtait pas de poser des questions. A travers ce livre, les auteurs nous proposent des pistes de réponses humanistes aux questions de nos petits bouts. 12 grands thèmes sont explorés comme Pourquoi on est pas tous pareil ? ,  Pourquoi on se tape dessus ? Pourquoi on a peur ?,  C’est pas juste ou c’est quoi la mort ?

A chaque fois, on suit Gaston qui pose des questions à sa maman, son papa ou sa maitresse. Plusieurs questions tout au long d’une journée au fur et à mesure que sa pensée progresse sur le sujet. A chaque fois, on a à gauche, la planche de  Gaston en situation, la question et la réponse de l’adulte avec un trait de dessin qui m’a fait pensé au Petit Nicolas. A droite, un élargissement de la réponse et une illustration plus emblématique. Les situations sont très concrètes, issues du quotidien des enfants. Il est facile de rebondir sur la dernière bagarre ou dispute de nos têtes blondes.

Les réponses apportées m’ont séduite car elles sont simples et font preuve d’ouverture au monde et du respect de l’autre. Loin d’engagements politiques ou religieux, elles véhiculent des valeurs humanistes pour mieux vivre ensemble.  Bref, je m’y suis reconnue. Et puis, ce sont des dialogues, il n’y a pas de fin de non recevoir mais une invitation à s’écouter et à échanger.  Les sentiments, émotions, questionnements de l’enfant ne sont pas niés, au contraire ils sont reconnus et on avance ensemble en confiance. Et je pense que c’est une bonne façon de grandir.  Comme sur la peur où Gaston s’exclame « oh là là, j’ai peur des chiens, moi! » et sa maman le rassure « moi, j’ai peur des souris. C’est bête, hein ? Mais c’est normal, on a tous nos petites peur. »  On peut aussi, nous adultes, en prendre de la graine !

Ca fonctionne super bien et on peut engager la discussion. En fin de livre, quelques pages pour les adultes pour aller un peu plus loin dans chacun des thèmes.

Il existe des instit qui font de la philo en maternelle … voilà une piste.

Gaston, le petit garçon qui n’arrêtait pas de poser des questions aux éditions Bayard Jeunesse. Dès 4 ans.

Tags : , , , , , , ,

3 Commentaires

  1. melmelie dit :

    Je l’ai aussi celui-ci, je l’ai trouvé inégal selon les thèmes abordés, mais en effet il lance des pistes intéressantes pour aborder des sujets parfois difficiles…

  2. TatieCécilou dit :

    j’aime beaucoup la page que tu as choisie. Bises

  3. Maman Véronique dit :

    @melmelie : j’avoue, nous n’avons pas encore lu tous les chapitres …
    @tatie cécilou : et il y avait plein d’autres sur le même thème hé hé