Paola Crusoé, BD de Mathilde Domecq

Posté par Maman Véronique, Samedi 10 oct 2015 dans Raconter

paola crusoe tome 1C’est ma fille de 11 ans qui a souhaité que j’écrive quelques lignes sur cette bande dessinée qui nous a ravies.

Paola Crusoé, comme vous pouvez vous en douter, c’est l’histoire d’un petite fille qui après un crash d’avion échoue sur une ile avec son père, sa petite sœur et son grand frère, la maman n’était pas du voyage, restée à Paris pour le travail. Ils vont devoir apprendre à survivre : « Ca ressemblait tellement au paradis et ça n’était pourtant que le début de l’enfer », nous dit Paola dès la première page.

C’est touchant, drôle, surprenant, jamais complaisant. Les relations familiales ne sont pas simples entre l’ado en pleine rébellion et maladroit, la jeune Paola qui prend en charge sa petite sœur qui ne se rend pas compte des mille et un dangers sur l’île, le papa apprenti Robinson.

L’histoire est bouclée en 3 tomes. Chacun a parcouru un long chemin au sens figuré comme au sens propre.

Une bonne lecture !


1 commentaire Tags : , , ,

Game Over or Not Game Over

Posté par Maman Véronique, Dimanche 29 déc 2013 dans Bandes dessinées, Raconter

Offrir ou ne pas offrir Game Over à un petit garçon … je vais tenter de vous donner ma réponse …

game over affiche C’est mon fils qui m’a fait découvrir la BD GAME OVER de Midam, Adam et Patelin. Il avait 5 ans … Et j’ai été affligée. Je vous explique : Game Over met en scène un personnage de jeu vidéo, Petit Barbarte, un « avatar » comme disent ceux qui jouent, les gamers on les appelle. L’ambiance est moyenâgeuse, le personnage, sorte de chevalier en culottes courtes poursuit sa quête : délivrer sa princesse tout en dézinguant de multiples monstres aussi horribles que bêtes. Autant vous le dire tout de suite, il n’y arrive jamais, chaque planche se terminant invariablement par un « GAME OVER ».

Comment vous dire : la princesse est pas belle, stupide, préoccupée par son apparence avec souvent de  bonnes intentions mais qui leur causent pas mal d’ennuis, le « héros » est pas bien malin non plus et cela finit en général en chair à pâté avec viscères, yeux qui sautent et marre de sang. Ce sont ces illustrations trash qui m’ont dérangée et qui faisaient hurler de rire mon fils car au lieu de lire game over, je m’écriais « bahhhh mais c’est affreux ! », « hiii c’est horrible ! » , « Mais c’est dég… outant ! ». C’est sûr, c’est très très loin de Boule et Bill et pourtant …

Pourtant, j’ai changé d’avis … c’est une BD sans texte (ou casi) donc accessible dès 5 ans, c’est souvent drôle si on n’est pas gêné voire si on aime le côté « gore » de la BD , idem pour la vision plutôt misogyne de la princesse (mais comme y en pas un pour rattraper l’autre … ça va) et ça aiguise le sens de l’observation et la logique : en effet, si on a loupé l’indice ou le mécanisme dans une des premières cases de la planche, impossible de comprendre la chute finale… mon fils m’en a expliquées quelques unes … (le soir, je suis un peu à la rue … mais bon on a du aussi m’expliquer Polo aime les moules frites alors ça en dit long sur ma fatigue certains jours). Un humour sans pitié, jouissif : mais comment ça va rater cette fois encore. Surtout que parfois, on y croit, ça a l’air bien parti pour le héros s’en sorte mais implacablement : Game Over. Une BD pour faire découvrir l’humour noir aux enfants, une fois qu’on a accepté ça, on peut y aller !!

Bref une BD transgressive pas bête qu’un enfant peut  » lire » (décrypter) seul tout en se marrant.

Tout public mais âmes sensibles s’abstenir, je vous laisse en compagnie de nos héros, une planche qui illustre bien mon propos.

 

planche_GAME_OVER_T11

BE Game Over de Midam, Adam et Patelin aux éditions Mad Fabrik.

 


2 commentaires Tags : , , , , , , ,

Le pion de la Reine de Nadja

Posté par Maman Véronique, Lundi 5 juil 2010 dans Raconter

Couverture du livre enfant Le pion de la reine de Nadja

Voici un livre qui a lieu sur un échiquier. C’est l’histoire d’un pion amoureux de sa reine.  Lorsqu’elle est capturée par le camp adverse, il part la sauver.  Dans sa quête, il devra aller à l’encontre des règles que ne manqueront pas de lui rappeler les autres pièces du jeu, braver les ennemis, entrer en tractation avec l’autre reine.  Quelle aventure ! Et s’il délivre sa reine, chacun retrouvera-t’il sa place ? Le combat reprendra-t’il comme le souhaite la reine noire ? Mystère que je ne dévoile pas !

Ce qui m’a plu ? La drôlerie de ces pièces de jeu en bois qui prennent vie pour singer les échanges et les rapports entre humains de même rang.  Le texte comme les illustrations sont au service de cette mise en scène :  l’histoire est  constituée uniquement de dialogues savoureux qui empruntent au langage des rois et des reines (comme une BD, on retrouve d’ailleurs l’usage des bulles dans les illustrations). En renfort à cet effet, viennent les illustrations comme le vocabulaire d’où transparaissent  la bravoure et la fierté des reines et du pion amoureux, la lâcheté et la bassesse des autres …

Les enfants ont aimé la témérité de ce petit pion qui trace son chemin au milieu des grands par amour et l’humour, notamment « espèce de minus » que lance un cavalier au petit pion, insulte qui est restée comme par hasard dans leur vocabulaire !

Page intérieure de l'album le pion de la reine de Nadja Page intérieure de l'album jeunesse le pion de la reine de Nadja

On avait emprunté cet album jeunesse à la bibliothèque, j’étais un peu perplexe au début et pourtant cela a été un grand succès, on l’a raconté et raconté encore aussi bien pour la grande de presque 6 ans que le petit de bientôt 3 ans ! Cela a aussi été l’occasion de découvrir les pièces d’un jeu d’échec véritable.

Editions L’Ecole des Loisirs – A partir de 4 ans
Le Pion de la reine

Challenge Je lis aussi des albums jeunesse de Hérisson !

Challenge Je lis aussi des albums jeunesse !

4/24


1 commentaire Tags : , , , , , , , , , ,