Game Over or Not Game Over

Posté par Maman Véronique, Dimanche 29 déc 2013 dans Bandes dessinées, Raconter

Offrir ou ne pas offrir Game Over à un petit garçon … je vais tenter de vous donner ma réponse …

game over affiche C’est mon fils qui m’a fait découvrir la BD GAME OVER de Midam, Adam et Patelin. Il avait 5 ans … Et j’ai été affligée. Je vous explique : Game Over met en scène un personnage de jeu vidéo, Petit Barbarte, un « avatar » comme disent ceux qui jouent, les gamers on les appelle. L’ambiance est moyenâgeuse, le personnage, sorte de chevalier en culottes courtes poursuit sa quête : délivrer sa princesse tout en dézinguant de multiples monstres aussi horribles que bêtes. Autant vous le dire tout de suite, il n’y arrive jamais, chaque planche se terminant invariablement par un « GAME OVER ».

Comment vous dire : la princesse est pas belle, stupide, préoccupée par son apparence avec souvent de  bonnes intentions mais qui leur causent pas mal d’ennuis, le « héros » est pas bien malin non plus et cela finit en général en chair à pâté avec viscères, yeux qui sautent et marre de sang. Ce sont ces illustrations trash qui m’ont dérangée et qui faisaient hurler de rire mon fils car au lieu de lire game over, je m’écriais « bahhhh mais c’est affreux ! », « hiii c’est horrible ! » , « Mais c’est dég… outant ! ». C’est sûr, c’est très très loin de Boule et Bill et pourtant …

Pourtant, j’ai changé d’avis … c’est une BD sans texte (ou casi) donc accessible dès 5 ans, c’est souvent drôle si on n’est pas gêné voire si on aime le côté « gore » de la BD , idem pour la vision plutôt misogyne de la princesse (mais comme y en pas un pour rattraper l’autre … ça va) et ça aiguise le sens de l’observation et la logique : en effet, si on a loupé l’indice ou le mécanisme dans une des premières cases de la planche, impossible de comprendre la chute finale… mon fils m’en a expliquées quelques unes … (le soir, je suis un peu à la rue … mais bon on a du aussi m’expliquer Polo aime les moules frites alors ça en dit long sur ma fatigue certains jours). Un humour sans pitié, jouissif : mais comment ça va rater cette fois encore. Surtout que parfois, on y croit, ça a l’air bien parti pour le héros s’en sorte mais implacablement : Game Over. Une BD pour faire découvrir l’humour noir aux enfants, une fois qu’on a accepté ça, on peut y aller !!

Bref une BD transgressive pas bête qu’un enfant peut  » lire » (décrypter) seul tout en se marrant.

Tout public mais âmes sensibles s’abstenir, je vous laisse en compagnie de nos héros, une planche qui illustre bien mon propos.

 

planche_GAME_OVER_T11

BE Game Over de Midam, Adam et Patelin aux éditions Mad Fabrik.

 


2 commentaires Tags : , , , , , , ,

Raiponce, le Disney de Noël 2010, allez-y sans hésiter !

Posté par Maman Véronique, Lundi 20 déc 2010 dans Dessins animés

Le dessin animé film d’animation Raiponce de Disney est un vrai cadeau, un Disney dépoussiéré qui n’a rien à envier aux surproductions de Pixar, c’est un bon moment de rire, de plaisir et d’émotion (si si le papa a eu la larme à l’oeil chez nous, oui pas que lui mais bon, c’est plus convaincant si c’est lui, non ?).

Voici une princesse enlevée tout bébé par une sorcière, car les cheveux magiques de la jeune Raiponce ont le pouvoir de rendre la jeunesse à ceux qui les touchent. Enfermée dans une tour au milieu de nulle part, la princesse grandit élevée par cette fausse maman qui ne vieillit jamais,  avec pour seule compagnie un petit caméléon au caractère bien trempé. Des cheveux qu’elle n’a jamais coupés, ils sont longs, longs, longs … une bonne source de comique. Raiponce attend, chaque année, le féerique lâché de lanternes (une scène magnifique) que ses vrais parents font pour son anniversaire, sans savoir que c’est pour elle.

Ses 18 ans arrivent, elle souhaite aller voir cette fête magnifique en VRAI et non depuis la fenêtre de sa prison, sa mère refuse. Et voilà que le plus grand voleur du royaume, Flynn Rider, fourbe, charmeur, un vrai play boy à la Brice de Niiiice, fait irruption dans sa tour, croyant trouver là un refuge loin de ses poursuivants.

Notre jeune princesse le maîtrise en 2 temps 3 mouvements, je ne dévoilerai pas ici son arme qui vaut son pesant de cacahuètes. En échange de la couronne volée qu’elle a subtilisée à son tour, elle souhaite qu’il l’amène à la fête.

Cet expédition ne sera pas aussi simple, entre le voleur qui veut se jouer d’elle … du moins au début, un cheval qui tel un chien de chasse les poursuit, 2 anciens complices de Flynn Rider qui veulent sa peau, une taverne de brigands aux rêves d’enfants, une sorcière au look d’une méchante Salomé qui n’a pas dit son dernier mot … on ajoute un soupçon de trahison, quelques cuillères d’amour naissant, 2-3 mesures d’amitié et d’héroïsme, des chansons mais pas trop, une princesse très « actuelle » et drôle (ma fille dira d’ailleurs : « elle est trop rigolote, on dirait pas une princesse ! »), et la sauce prend, on passe un super moment.

Un des secrets de la recette : ce coquin de voleur est doublé par Romain Duris, rôle qui n’est pas sans rappeler celui de l’Arnacoeur (un billet ici par my sister) et ça lui va comme un gant. On sent qu’il s’est régalé dans ce rôle de beau gosse.

J’ajouterai qu’ici, il n’y a pas triple niveaux de sens avec le comique de situation pour les enfants, les blagues pour les ados et les clins d’oeil aux parents, pas non plus de scènes ultra violentes et d’intrigues hyper complexes (voir mon post sur Toy Story qui peut éclairer cette remarque), mais un plaisir simple et jubilatoire du dessin animé.

J’espère vous avoir convaincu ! Bon ciné de Noël ! La bande annonce pour ceux qui hésiterait encore :

Pour l’anecdote, c’est tiré d’un conte allemand Rapunzel (vous saurez tout ici), rassemblé par les frères Grimm et la Raiponce est une fleur. Le conte initial est beaucoup plus cruel et dur même si la fin est heureuse.


5 commentaires Tags : , , , , , ,

Les questions de Maria & Gaël

Posté par Maman Véronique, Mardi 4 mai 2010 dans Les questions de Maria & Gaël

Les enfants me surprennent toujours par leur question d’une pertinence ou d’une observation fine du monde qui les entoure. Aussi, j’en envie de vous les faire partager … , n’hésitez pas à me suggérer des réponses, je me sens parfois bien démunie !

Voici donc la question de Maria, ce matin :

« Pourquoi dans les dessins animés, les filles elles sont très souvent blondes ? On n’en voit pas beaucoup des brunes comme toi ou des châtains comme moi.  »

Grand moment de solitude, heureusement, il y a Blanche Neige et le 5 fées Winx où Bloom est rousse ! Parce que ceux qui font les dessins animés croient que les « blondes  » sont plus jolies que les autres … Vous avez mieux ?


3 commentaires Tags : , , , ,

La princesse, le dragon et le chevalier intrépide de Geoffroy de Pennart

Posté par Maman Véronique, Vendredi 30 avr 2010 dans Raconter

Après les livres animés, voici une histoire. C’est Vivie, une amie qui a offert ce livre aux enfants. En choisissant une histoire de princesse, dragon et chevalier, elle ne prenait pas trop de risques avec mes deux loustics.  Et effectivement, pendant les 2 à 3 semaines qui suivirent la réception du cadeau, nous avons lu quasiment tous les soirs cette histoire. Le livre a été emmené à la crèche, à l’école, un gros succès donc.


Couverture du livre La princesse, le dragon le chevalier intrepide de Geoffroy de Pennart

Je connaissais Geoffroy de Pennart pour ses histoires sur le loup, qu’il ridiculise à souhait pour le bonheur des petits.

Dans La Princesse, le dragon et  la chevalier intrépide, il s’attaque aux archétypes chéris des enfants et il réussit à les détourner pour le plaisir des petits et des grands.  La princesse, professeur d’école, est peu sensible aux charmes de ce chevalier tout feu tout flamme et irréfléchi, le dragon, Georges de son prénom (!), vieil ami de la princesse, est inoffensif, couard, jaloux du chevalier et de mauvaise foi, le chevalier, maîgrichon, un peu foufou, un peu bêbête, d’aucun diront intrépide et éperdument amoureux de la princesse et qui part en quête … d’arnica ! Les dessins sont sympas, avec des détails humoristiques.

Je ne dévoilerai pas comment la princesse tombe finalement sous le charme du chevalier, mais c’est un régal à raconter que ce soit pour les rebondissements ou pour les dialogues, les jeux de mots  ou inventions de l’auteur, comme  « les bouffetoucrus (monstres que le chevalier affronte) sont cuits ».

On se prend au jeu, on monte le ton quand le dragon râle, on grommelle comme lui, on joue la princesse d’abord en colère face à ce chevalier maladroit, puis progressivement conquise, on bredouille avec le chevalier tout intimidé. Et on emmène les enfants avec nous, les petits aiment l’histoire, les plus grands rient de bon coeur.

Pour les fanas d’histoires de princesses et de chevaliers, un livre plein d’humour, dès 3 ans !

Livre aux éditions Kaléidoscope – dès 3 ans.

7 commentaires Tags : , , , , , ,